Site de l'université de Franche-Comté
CIMArtS

Actualités

Les genres et formes de la critique musicale aux XXe et XXIe siècles

Lorsque paraît, en 1904, le premier numéro du Mercure musical, la couverture mentionne simplement, derrière l’entrée « Au sommaire », cinq noms d’auteurs, tandis que le « Sommaire » proprement dit, en deuxième page, s’organise en deux parties : une succession de cinq articles à dominante littéraire et musicologique précédés d’un court manifeste, avant la « Revue de la quinzaine » composée de divers comptes rendus de spectacles ou de concerts, et d’annonces musicales. Cette seconde partie recoupe ainsi la traditionnelle activité critique de manifestations musicales que l’on trouve dans les journaux quotidiens ou dans les revues à dominante littéraire et artistique.

Cette bipartition fondamentale est encore patente lorsque naît, en 1920, La Revue musicale d’Henry Prunières. L’organisation néanmoins s’affine : des numéros spéciaux confèrent régulièrement une unité, au moins thématique, à l’ensemble des articles critiques, tandis que la partie « Chroniques et notes » s’organise en rubriques afin de couvrir, de manière plus synthétique, des champs entiers de la vie musicale à travers différentes entrées : « La musique en France et à l’étranger », « Livres, Revues, Edition musicale », « Variétés », mais aussi plus tard « La musique et les lettres », sans parler de nouvelles entrées consacrées aux nouveaux moyens de diffusion – le disque et la radio –, à moins que telle personnalité n’ait le privilège d’animer, de manière plus ou moins régulière, son propre domaine, tel Boris de Schloezer signant ses « Réflexions sur la musique ».

Que ce soit dans les journaux ou les revues, l’attention portée à la musique passe donc par des genres formalisés. Si le compte rendu de concert ou de spectacle est sans doute la forme la plus pratiquée par l’ensemble de la presse, il ne faut pas négliger la forme de l’interview qui attendra les années trente pour se généraliser, la chronique discographique, particulièrement importante à partir de l’essor du jazz, sans oublier les articles événementiels, portraits ou hommages, suscités par tel anniversaire ou tel décès. À ces matrices, il convient d’ajouter, dans les revues musicales, la place faite aux éditos, aux chroniques régulières, au courrier des lecteurs, aux nouvelles, tandis que les articles généralement plus développés qui les composent dessinent la diversité des approches scientifiques mouvantes du fait musical : histoire de la musique, avec ses principaux acteurs, ses genres, ses instruments, mais aussi rapports avec les autres arts, analyse musicologique proprement dite, pédagogie musicale, avant l’affirmation de l’ethnomusicologie, de la physiologie, de la psychologie ou de la sociologie de la musique, etc.

L’enjeu de cette journée d’études sera d’interroger cette pratique des genres et des formes de la critique musicale au XXe siècle selon des perspectives poétiques, historiques ou analytiques. À l’échelle d’une revue ou d’une époque, il s’agira ainsi d’étudier l’évolution et le renouvellement des pratiques, l’influence de telle ou telle personnalité dans le maniement des catégories, la politique éditoriale des différentes publications. On pourra également s’interroger sur l’utilisation des genres les plus couramment pratiqués, comme la critique de concerts ou la critique d’opéras avec ses inévitables jugements de valeur, et montrer ce qu’ils nous disent de l’évolution des approches de la musique en fonction des auteurs, des publications et du public visé, mais aussi en fonction de la vie musicale elle-même, avec ses vedettes, son répertoire, ses polémiques et ses débats. Par le prisme des genres et formes de la critique musicale, c’est toute l’histoire de la musique au XXe siècle, à travers les discours que l’on tient sur elle, qui pourra être revisitée.

Programme

 

Jeudi 6 novembre

 

Salon Préclin, UFR SLHS, rue Chifflet, Besançon

 

Président de séance : Christopher Moore

 

14h15 : Accueil des participants

14h30 : Introduction

 

14h45 : Danièle Pistone, U. Paris-Sorbonne

Des us et coutumes de la critique musicale : vers une typologie des processus formels

 

15h15 : Julien Labia, U. Sorbonne-Nouvelle, MSH-Fondation Fritz Thyssen/Univ. Humboldt, Berlin

La « critique de la critique » est-elle un genre de la critique ?

 

15h45 : Discussion et pause

 

16h30 : Pauline Ritaine, U. de Saint-Étienne

La critique musicale dans les revues culturelles françaises du premier XXe siècle

 

17h00 : Florence Lethurgez, U. Aix-Marseille

La réception de Claude Debussy au XXe siècle à travers le prisme de la critique commémorative

17h30 : Discussion

 

Vendredi 7 novembre

 

Amphi Fourcroy, Fort Griffon, Besançon

 

Matinée

 

Président de séance : Yves Landerouin

 

 

9H00 : Accueil des participants

 

9h15 : Pascal Lécroart, U. de Franche-Comté

Entre musique et littérature : aperçu sur la diversité des formes d’écriture dans Le Mercure musical

 

9h45 : Michèle Alten, U. Paris-Sorbonne

Les Jeunesses musicales de France : une critique musicale au service de la pédagogie

 

10h15 : Discussion et pause

 

11h00 : Christopher Moore, U. d’Ottawa/OICRM

L’art de se livrer dans les années 1950 : les « entretiens » avec les compositeurs français

 

11h30 : Mathias Kusnierz, U. Paris-Diderot

Portrait du lecteur en théoricien : la fonction théorique du courrier des lecteurs de Jazz Hot et Jazz Magazine dans les années 1950 et 1960

 

12h00 : Discussion puis repas

 

Après-midi

 

Président de séance : Danièle Pistone

 

14h00 : Aurélien Bécue, U. Rennes II

La critique rock ou l’art de se faire tirer le portrait

 

14h30 :Noëmie Vermoesen, U. Rennes II

La chronique d'album dans Vice : continuité et originalité

 

15h00 : Discussion et pause

 

15h45 : Yves Landerouin, U. de Pau et des Pays de l’Adour

Trois revues musicales d’aujourd’hui : trois manières d’appréhender le genre de la critique de disques ?

 

16h15 : Charles Arden, U. Paris VIII

Critique, the rest is noise : du bloc-note à la fiction littéraire, le journalisme critique d'Alex Ross au New Yorker

 

16h45 : Discussion et clôture du colloque

 

Retour